Le Chat aux Yeux Jaunes

Posted on sam 23 novembre 2019 in Lecture

Aujourd’hui, je vous propose une lecture bien sombre et mystérieuse avec un chat empaillé sans pelage, une vieille actrice charismatique des années 60 et une étrange pension isolée.

titre:Le Chat aux Yeux Jaunes
auteur:Serge Brussolo
publication:2011
genre:Policier
avis:Très bon, à lire

La biographie

Serge Brussolo est un romancier très prolifique — jusqu’à 9 romans dans l’année 1993, impressionnant ! Il est né en 1951 et s’est très vite tourné vers l’écriture. Il s’oriente sur des études littéraires et en psychologie, cela s’en ressent très fortement sur les personnages. Il affectionne la science-fiction, le fantastique, le thriller et le policier. Certains de ces thèmes engendreront même un harcèlement de la part de satanistes.

Il est nommé à la direction littéraire des éditions Le Masque dans les années 2000. Il annonce également en 2014 souhaiter se publier lui-même pour éviter le carcan commercial des maisons d’édition. À noter que certains titres ne sont plus disponibles à ce jour dont ceux écrits sous le pseudonyme Akira Suzuko.

Le synopsis

Mickie Katz, décoratrice de l’Agence 13, a vécu une enfance bien difficile. Elle fut élevée par un père terroriste qui lui enseignait l’art du combat, la confection de bombes à partir de produits ménagers ou encore comment résister à un interrogatoire musclé en lui fracturant le nez. Elle déteste son père. Et pourtant, elle travaille dans cette agence de relooking et de location de scènes de crime appartenant à son paternel.

L’Agence 13 reçoit une demande de décoration d’un home (ou maison de retraite pour les francophones de France) pour acteurs déchus. Mickie doit alors se renseigner sur la carrière de la propriétaire du lieu, une certaine Peggy McFloyd. Peggy était le premier rôle du soap opera Beloved First Lady dans les années 60. Mais cette série était maudite : un second rôle important avait disparu et surtout il y’eut cet accident, où Peggy fut défigurée au vitriol.

Mickie ne sait pas dans quel pétrin elle s’engage et devra démêler le vrai du faux dans un manoir bloqué en l’an 1965.

Conclusion

Le Chat aux Yeux Jaunes est le troisième tome de la série des Affaires de l’Agence 13. Cependant, il se lit indépendamment du reste sans problème.

Serge Brussolo dépeint un univers malsain dans les dessous du cinéma et de la télévision : agents véreux, acteurs capricieux, querelles intestines et j’en passe. Mais surtout, chaque personnage est empreint d’une profondeur très intéressante, comme s’il était le personnage principal. Mickie, quant à elle, fait pâle figure. Finalement, elle n’est que la cruche de service comme l’était la première dame dans Beloved First Lady.

Les personnages sont abîmés par la vie, et pourtant ils s’y accrochent. Des rumeurs ésotériques circulent pour éviter de mourir et des acteurs se raccrochent à un passé révolu et pourtant ravageur. Ici, il faut oublier le blanc et le noir des mondes dichotomiques, bienvenu dans la réalité. Chacun a son intérêt propre, ses convictions et son histoire. Le style de Serge Brussolo est pour moi une véritable bonne découverte et je n’hésiterai pas à m’y replonger prochainement.

Comments