Bilan et projets

Un homme observe une représentation de planètes et de courbes parsemée de post-its.

Il est temps que je communique un peu sur mes dernières avancées et des projets futurs. Amis lecteurs, vous allez être servis !

Côté professionnel

Bon, ce passage ira vite. Échec total et absolu ! J’ai tenté un projet, je ne sais pas me vendre, je n’ai pas trouvé mon public, je me suis épuisé, la santé a défailli, fin du projet. Ça résume bien la situation. Ce qui veut dire aussi que je ne travaille plus, et cet état est définitif. Bref, j’ai quitté le monde du travail fin 2019 et je reçois de quoi vivre en tant qu’handicapé. Je me vois mal reprendre une activité dès lors que me soigner m’occupe la moitié de mon temps.

Un début d’année compliqué

Arrivèrent les mois de janvier et février. Quasi deux mois d’angine et d’asthme permanents. Bref, autant vous dire que je n’ai pas été très productif dans mes projets artistiques. J’ai repris l’écriture de La Victoire des Grelots après ça, et c’est loin d’être fini. J’ai aussi avancé sur les outils que j’utilise et sur les développements à réaliser. Il me manquait des aspects essentiels pour pouvoir atteindre mes objectifs. Toute cette chaîne se devait d’être réfléchie avant pour éviter de perdre du temps après.

Objectif : révolutionner la manière de lire

Oui, rien que ça. Je pars du constat que nous n’avons pas tous la même manière d’appréhender la lecture. Finalement, suivre une histoire avec juste des mots n’est pas aisé pour tout le monde. Et donc, je vais proposer différents formats pour satisfaire tout le monde :

  • écrit, en ePub (compatible avec les liseuses ) ;

  • sous forme de site web pour chaque histoire ;

  • en audio avec support vidéo ;

  • en audio avec support interactif.

La forme écrite est connue de tous, c’est celle que nous utilisons tous actuellement. La version site web rajoute en plus de cela des petits avatars dans les dialogues ou lorsqu’un personnage est cité. Ainsi, il sera plus facile pour le lecteur de comprendre qui parle, qui fait quoi, dès lors qu’il a plus de facilités avec un support visuel. Des liens mènent vers les fiches personnage ou encore les caractéristiques d’un objet magique. Une page affiche également l’historique des évènements.

Le support vidéo, quant à lui, reprend l’histoire lue, comme un livre audio classique, tout en affichant le texte et en montrant les avatars et les objets. Tous les personnages de la scène apparaissent sur le côté ou ailleurs selon la présentation voulue pour l’histoire, et le personnage qui agit apparaît en grand. Certains passages peuvent avoir quelques animations.

Le support interactif se présente comme le support vidéo. Cependant, le lecteur peut interrompre l’histoire à tout moment pour ouvrir une fiche d’un personnage, d’un objet ou encore le résumé des actions passées.

Vous l’aurez compris, ces quatre supports devraient permettre à un public non lecteur de profiter d’histoires qui leur sont normalement inaccessibles. Et cela a nécessité des tâtonnements dans le choix des outils et de la manière de diffuser cela. Les formats site web et vidéo paraîtront donc à raison d’un épisode par semaine durant toute la saison d’une histoire. Les formats ePub et interactifs seront dévoilés lors de la diffusion du dernier épisode.

La genèse d’une histoire

Alors, comment marche la création d’une histoire ? Pour le moment, je mêle à la fois création d’outils et création d’histoire. L’écriture se réalise avec Sphinx et un plugin, sphinx-storymaker, qui sortira normalement cet été. Cela me permet de prévoir mes scènes, mes personnages, mon synopsis de travail, les différentes lignes de temps, etc. Cet outil génère de base les formats ePub et site web, il y’aura donc peu à rajouter sur ces points-là. Cependant, je vais devoir gérer la génération partielle de site en fonction du moment de diffusion (cela est une fonctionnalité du futur sphinx-storymaker). Le format blog permettra aussi aux lecteurs de s’abonner au flux RSS.

Sphinx me permet donc la conception au brouillon, l’écriture du premier jet avec mise au propre de toutes les fiches, et de générer les fichiers. Une instance gitlab rajoute le côté collaboratif, facilitant ainsi les phases de relecture. En parallèle, les différentes fiches peuvent être utilisées pour les illustrations.

À la fin de la phase de correction finale arrive la conversion de l’histoire dans un autre format, celui d’Escoria, un plugin pour Godot. Ces outils sont le moteur de la version interactive. Ils permettent également la gestion de l’audio, et la phase d’enregistrement commence. J’enregistre alors tout le texte, mais aussi les sons ambiants (les bruiteurs pourront se moquer pour le résultat, mais je suis preneur de tout conseil dans ce domaine !). Godot permet la spatialisation du son et le rendu selon la configuration de la scène.

Une musique sera également en fond. Je dispose déjà d’une superbe musique d’ouverture (que vous découvrirez au premier épisode de la Victoire des Grelots) et d’une musique de fin. Merci à Neku d’avoir composé une musique sur mesure et d’en avoir mis une autre en licence libre ! Les musiques d’ambiance seront prises principalement dans le catalogue de Darren Curtis.

La version vidéo finale n’est autre qu’un rendu de la version interactive récupérée avec OBS. Alors, concrètement, qu’est-ce que cela peut donner ? Et bien, j’ai fait tous les tests techniques, j’ai travaillé avec une illustratrice pour ça (merci Springouille) et nous avons fait un petit conte. Il reste des choses à améliorer (notamment quelques soucis de diction et de stress) mais le résultat est prometteur. Vous pouvez le visionner ici :

Certains ont déjà vu cela, mais ce n’est pas la seule annonce de ce billet !

Le Nerv Project

Nerv Project était le nom de mon projet professionnel. J’ai décidé de recycler tout cela et de le transformer complètement. Le Nerv Project devient ma plateforme éditoriale. Kujiu’s Labs est beaucoup trop lié à mon seul nom, et il y’a plusieurs participants au projet. Mais le Nerv Project devient également un univers fictif, dans lequel évolueront toutes mes histoires. Et je peux vous dire que les idées fusent. Un peu trop d’ailleurs.

Le Nerv Project se dote d’un nouveau site web, basé également sur Sphinx et avec un thème fait sur mesure !

Le site web du Nerv Project

Ce thème est d’ailleurs disponible en version sombre ou claire, et en faible ou fort contraste. Pas la peine de chercher le sélecteur, il n’y en a pas. Votre navigateur web informe automatiquement de vos préférences (et si ce n’est pas le cas, vérifiez votre configuration, cela peut être utile pour d’autres sites).

Et le Kujiu’s Labs dans tout ça ?

Et bien, j’ai décidé d’éclater la publication des articles en deux. Oui, je sais, il n’y en a déjà pas énormément et tout ça, mais ça va venir. Je travaille beaucoup dessus.

Comme vous pouvez le constater, le site s’est transformé. Il reprend le thème du Nerv Project et en devient une sorte de sous-projet. Et puis, j’ai un tout nouvel avatar réalisé par Springouille et par D.Evy !

Nerv Project est la plateforme éditoriale, celle qui diffusera les histoires. Le blog Kujiu’s Labs pourra donc continuer avec les fiches de lecture, les billets d’humeur, un soupçon d’astuces d’accessibilité et le tout sans noyer les créations originales. Je mettrai cependant des billets pour informer des nouveautés et des coulisses de l’aventure.

Et avec les avancées en cours, je peux déjà vous dire qu’une sortie de la première série, La Victoire des Grelots, est envisageable entre la fin de l’été 2020 et la fin de l’année. Les voyants sont au vert, les choses avancent, mais la qualité nécessite beaucoup de préparation.

Promis, je vais essayer de communiquer un peu plus sur les avancées, et compléter éventuellement avec quelques nouvelles.

À très bientôt !